• Home
  • Home

Sentier Littoral Nord  

Le sentier littoral nord lie Saint-Denis, Sainte-Marie, Sainte-Suzanne.


 

 

 

 

Le Barachois

Le Barachois est une corniche située sur le front de mer de Saint-Denis. Le terme "barachois" signifie petit port sommaire, petit abri pour les barques.

Il s'agissait à l'origine d'un petit port ou plutôt d'une sorte de petit bassin donnant lieu à des embarquements et débarquements de marchandises et de voyageurs. Les animaux arrivaient à la nage et les passagers rejoignaient le ponton en barque, généralement trempés. Pour l'anecdote, un gouverneur embrassa à son arrivée une bouse de vache au lieu du sol.

Autrefois, un drapeau dressé sur La Montagne ( dans les hauteurs de la ville ) annonçait l'arrivée de la malle postale par bateau. La population savait ainsi si le navire apportait des nouvelles de Métropole.

Le Barachois est aujourd'hui un long parterre végétalisé en front de mer du chef-lieu. Ses vieux canons tournés vers l'Océan,  doivent leur installation à l'action d'un gouverneur en prévision d'une attaque des Anglais par la mer - finalement arrivés par La Montagne.

Cette corniche offre un panorama éblouissant à l'heure du coucher de soleil et l'air vivifiant de l'Océan Indien.

Le Port de Plaisance

Le port de pêche et de plaisance est installé au bout de la grande piste de l'aéroport Roland Garros, à Sainte Marie. C'est un lieu de promenade pour de nombreux Réunionnais qui viennent admirer le spectacle d'un avion décollant à quelques mètres à peine au-dessus des bateaux amarrés.
Les professionnels de la pêche y sont dynamiques. Sur place, il est possible de se restaurer ou de se désaltérer.

Le Phare de Bel-Air

Construit en 1845 à Sainte Suzanne et mis en service l'année suivante, il s'agit de l'unique Phare de l'île, celui de la Pointe des Galets ayant disparu.
A l'époque, quand les navires se présentaient de nuit par l'Est ou par le Nord de l'île et qu'ils cherchaient à gagner Saint-Denis,  le phare leur signalait les récifs de La Marianne et du Cousin, particulièrement redoutés sur le littoral de Sainte-Suzanne.
Le phare fonctionnait avec des commandes manuelles, ce qui nécessitait la présence d'un gardien pendant toutes les nuits. Des naufrages ont cependant eu lieu tels que celui du navire marchand Michel Salustro à Champ-borne, le 18 mai 1905, et celui de l'Adour, un courrier postal rapide de 4.000 tonnes, qui coula le 23 janvier 1913 à Bois-Rouge.
Inscrit à l'inventaire des monuments historiques, le phare abrite aujourd'hui des expositions temporaires d'artistes locaux.

Découvrez les plantes du sentier littoral ou Téléchargez l'itinéraire complet